All for Joomla All for Webmasters
Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET :

Gonflage face voile il y a 6 ans 9 mois #52

  • RobertO
  • Portrait de RobertO Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Membre Prémium
  • Membre Prémium
  • Messages : 123
  • Karma: 6
  • Remerciements reçus 3
Bonjour toutes et tous,
Il y a quelques temps déjà, Jean m'a fait parvenir un petit article décrivant une façon de gonfler face voile. :P
Je m'y suis entrainé, la méthode est simple, efficace et je tâtonne encore pour effectuer un contrôle efficace aux freins.
Ceci dit lorsque le vent envoie, on se fait bousculer. :woohoo:
En papotant lors de la fin de vol à Céret, on a parlé d'une méthode de contrôle aux C qui permet de contrôler la puissance de la voile au cours de sa montée. :whistle:

Un de vous possède t il un document sur cette méthode de gonflage.?
A bientôt ..RbtO.


Celui qui diffère de moi, loin de me léser, m'enrichit.
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Gonflage face voile il y a 6 ans 8 mois #55

  • Daniel
  • Portrait de Daniel
  • Hors Ligne
  • Membre Prémium
  • Membre Prémium
  • Messages : 140
  • Karma: 4
  • Remerciements reçus 16
Salut RobertO,

Je te propose le lien suivant qui te renvoie vers une vidéo mettant en scène Mike Klung un allemand qui s’est fait une spécialité des jeux au sol en parapente dans le vent fort.



Avec Youtube mais aussi Viméo en tapant "paragliding aufziehtechnick mit C & D riser" tu trouveras nombre de démonstration plus ou moins réussie. Avec le mêmes mots-clef en Français, il y en a aussi. Maintenant les Allemands sont très friands des techniques aux C et D.

Personnellement je trouve que c'est une bonne façon pour tout stopper quant tout s'emballe mais pour vraiment contrôler la voile au sol... Après je ne suis pas un bon exemple, trop fainéant, quand j'ai la voile au-dessus de la tête, je n'ai qu'un idée en tête... me retrouver en l'air. Définitivement pas l'exemple à suivre.

Je pense que c'est une technique pour jouer dans le vent fort mais LAMINAIRE et plutôt sur un terrain plutôt plat.

Dans une vraie pente de vrai déco, si la brise est bien présente et si après analyse on est décidé à voler alors je crois qu'il ne faut pas s'amuser à jouer dans le vent mais bien plutôt décoller dès que le contrôle et l'état de l'aile le permette. Sinon on cours toujours le risque qu'une rafale nous fasse décoller contre notre gré et cette perte de contrôle comme toute perte de contrôle est plutôt un échec et un événement désagréable en plus de potentiellement dangereux, surpris, dans une action subie, on n'est jamais aussi performant que dans une action pleinement décidé.

Pour décoller dans une brise bien établie d'autres méthode me semble plus intéressantes.

Bon visionnage,

Daniel,

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Gonflage face voile il y a 6 ans 8 mois #58

  • RobertO
  • Portrait de RobertO Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Membre Prémium
  • Membre Prémium
  • Messages : 123
  • Karma: 6
  • Remerciements reçus 3
Bonjour Daniel,
je te remercie pour cette vidéo.
On constate que le pilote maitrise et comme il le dit des le début il faut du vent laminaire et bien aligner la voile dans l'axe du vent.
Effectivement, il se sert des C une fois la voile placée au dessus de sa tête, pour contrôler sa portance afin de ne pas être aspiré, mais aussi pour la maintenir centrée.
Lors de la phase de montée de l'aile, il n'utilise que les A, un dans chaque main, ce qui laisse penser qu'elle monte sur un rail.
Je vais chercher comme tu me le préconises, si parmi les vidéos du net je trouve cette méthode qui permet de contrôler sa puissance tout en la laissant monter.
Celui qui diffère de moi, loin de me léser, m'enrichit.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Gonflage face voile il y a 6 ans 8 mois #60

  • Daniel
  • Portrait de Daniel
  • Hors Ligne
  • Membre Prémium
  • Membre Prémium
  • Messages : 140
  • Karma: 4
  • Remerciements reçus 16
Laisser monter sa voile dans du vent fort, je pense qu'il n'y à qu'une méthode. Celle qu'un kiteur ou cerf-voliste serait certainement plus apte à expliquer. Je parle du gonflage "cobra" qui consiste à gonfler en bord de fenêtre. Elle est très esthétique quant ... elle est maitrisée. Pour cela elle nécessite beaucoup de mobilité (question de recentrage) et beaucoup de motivation pour s'y entrainer.

Voila une vidéo de Philippe Lamy (je crois) d'autres existe :



Après Il ne faut pas oublier que si être capable de décoller par vent fort c'est bien, mais ; Il faut avant cela, être convaincu de savoir gérer son aile durant le vol est surtout à l'atterrissage. En tenant compte de tous les paramètres en présence et en particulier de ceux à géométrie variable. Forme du relief, effet venturi qu'il soit lié au terrain ou à l'aérologie, évolution justement de l'aérologie ou de l'état de fatigue et/ou de stress, etc.

Je pense que sa (in)capacité à savoir gérer le gonflage peut être un bon signal sur l'(in)intelligence à se mettre en l'air ou non.

Maintenant et pour en revenir à la technique de gonflage par vent fort, il existe plein de façons de gonfler un peu comme il existe plein de façons de prendre ses commandes pour gonfler par vent fort. Pratiquement à chacun la sienne !

Explique moi la tienne, je te raconterais la mienne...

Bonne après-midi,

P.S.: Ah oui ! Millau est un bon spot pour travailler le vent fort au déco, en vol, à l'atterro...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Gonflage face voile il y a 6 ans 8 mois #62

  • RobertO
  • Portrait de RobertO Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Membre Prémium
  • Membre Prémium
  • Messages : 123
  • Karma: 6
  • Remerciements reçus 3
Re Daniel,
j'ai déjà à plusieurs reprises fait les frais d'un gonflage par vent fort, en fait il s'agissait de brise accélérée par la pente du décollage.
Une fois le décollage effectué, le vol était gérable pour les pilotes qui avaient pu décoller.
Ensuite il est vrai qu'il reste à gérer l'atterro, et la aussi nous avons eu la surprise de décoller dans du calme et se poser à reculons.
J’utilise la méthode décrite sur le croquis de début de post.
Je gère la montée de la voile, si elle s’affaisse d'un coté je n'ai pas encore le réflexe de contrer au frein parce qu'elle m'emmène et que ça va trop vite pour moi. Avec beaucoup de travail, j'y arriverai certainement.
La méthode que je recherche est appelée Australienne et permet apparemment de contrôler la vitesse de montée en agissant sur les C qui déforment le profil de l'aile engendrant une diminution de la portance.
La méthode Cobra, je l'ai vu utiliser par Jonathan à Palomaret, elle est efficace mais parait difficile à acquérir en technique.
J'ai trouvé ce lien qui décrit quelques techniques, mais cela reste confus dans ma tête.

users.belgacombusiness.net/ailesdulevant/gonflage.htm

Bon si je comprends bien, il me faut rapidement maitriser une méthode facile à acquérir pour pouvoir venir voler avec toi à Millau.
Merci pour la vidéo..Bonne fin d'aprem.
RbtO.
Celui qui diffère de moi, loin de me léser, m'enrichit.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Gonflage face voile il y a 6 ans 8 mois #63

  • Daniel
  • Portrait de Daniel
  • Hors Ligne
  • Membre Prémium
  • Membre Prémium
  • Messages : 140
  • Karma: 4
  • Remerciements reçus 16
Article intéressant mais qui, ce n'est pas une critique juste un constat, remonte à un temps que les moins de 20 ans (de pratique parapente) ne peuvent pas connaitre. Je plaisante, quoique !

L’article qui doit dater des années 1995 - 1998 et alentours, parle du face voile comme d'une méthode récente pour nous autre petit Frenchies, pour s'en convaincre la phrase ; "...Si vous volez exclusivement dans les Alpes du Nord, ne lisez pas cet article! Pour vous la technique dos à la voile s'appelle "décollage normal"..."

Maintenant tous ce qui s'y est toujours d'actualité et la méthode "Australienne" comme toute les autres qui y sont présenté sont des réponses possible à individualiser personnellement. Je vais me prendre le temps de lire le consciencieusement, maintenant et avant, pour le plaisir d'écrire.

Je me laisse aller à mes réflexions perso sur la question du gonflage/décollage dans des conditions soutenus. Comme déjà évoqué avant je parle de gonflage pour décoller et non pas pour jouer dans le vent.
Première évidence suivant les spots, tous les endroits ne se valent pas. La forme du terrain, de la pente ou un simple arbre ou autre obstacle situè dans le flux de la brise peut créer des turbulences. Tous le monde le sait mais il faut y penser. Le même obstacle qui avec 10 à 15 km/h n'est pas gênant devient compliqué avec 20 - 25 km/h. Idem pour ou se placer dans la pente, la pente est notre amie, on résiste mieux dans la pente que sur le plat, on risque moins aussi dans la pente,tant que l'on fait face à la voile et même après s'être retourné, de se faire culbuter et... trainer. Donc se placer aussi bas que possible dans la pente sans risquer des turbulences liées à la configuration de l'environnement.
Deuxième évidence, tous le monde le sait mais il faut y penser (bis) Une bonne préparation de l'aile est essentielle. En temps normal une clef dans les suspente ou une cravate sont pénalisante MAIS avec vraiment du Zef le résultat peut être bien plus violent et désagréable, n'oublions pas que les forces en présence évoluent proportionnellement au carré de la vitesse. Donc vraiment bien et soigneusement préparer son aile et avec le même soin, la mettre en boule avant d'aller se placer à l'endroit de gonflage/décollage choisi.
La avant de continuer dans le gonflage/décollage, il me semble intéressant de se poser la question ou est en fait la difficulté de gonfler sa voile par vent fort ?
Pour moi, en premier lieu (oui oui il y a un second lieu) c'est dans l’éventuel effet Spi. Pour l'éviter au mieux et à défaut de savoir gonfler en bord de fenêtre (cobra) l'idée est de faire passer la voile le plus vite possible dans ce cadran de la parabole de montée de l'aile sans qu'elle développe trop de puissance en traction horizontale, pour ça ; Déjà placé bas dans la pente ce qui permets de mieux gérer le moment de traction qui dure aussi moins longtemps en terme de radian que en l’absence de pente et ensuite... Là je reviens sur quelques lignes ci-avant;
Gonfler directement à partir de la boule, sans l'étaler plus avant. C'est une technique que m'a expliqué un moniteur au Brunas à Millau lors d'un décollage en biplace avec ma belle-sœur. Mon 1er déco biplace en face voile. En Biplace, dans les Vosges, tout le monde décolle dos-voile même avec 20 voire 25 km/h, à Millau non question de culture. Là en l’occurrence 0n les avait les 25 Km/h et à ma 1ère tentative, voile bien étalée et face-voile. Je me suis fait surprendre par la vitesse de l’élèvement de l'aile, résultat j'ai généreusement temporisé et... on s'est fait arraché, dé-twisté, reposé et banané. C'est puissant un bi quand c'est alimenté. A la 2ème tentative face voile mais voile encore en boule, ce fût top. En effet la voile a commencé par s'élever pratiquement encore en boule à partir de ses caisson centraux et à prendre vraiment sa forme que durant l'élévation. Sa surface ainsi réduite lui a enlevé beaucoup de sa puissance sans vraiment la ralentir et ma tempo probablement pas plus précise n'a, du coup, pas eu les mêmes conséquences. Moins de puissance de la voile = aussi moins de réaction à la tempo.

Bon faut que j’arrête la, Claudine me réclame à table.

A+

P.S. sujet très intéressant en attendant de pouvoir expérimenter sur le terrain.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Aller au haut